Bordé par le golfe d'Oman et l'océan Indien, Oman offre à ses visiteurs des contrastes exceptionnels. Situé au sud-est de la péninsule arabique, ce pays est essentiellement désertique. Cependant, une chaîne de montagnes, le djebel Hajar, dont le sommet culmine à 3075m, borde la côte nord. L'eau coule en permanence dans certains d'entre eux. Ils sont très propices a la pratique du canyoning ou de la randonnée aquatique. Ce sont des activités très ludiques dont on se souvient longtemps. Baignades, nage, sont au programme...
Le djebel Al Akhdar, abritant de magnifiques villages dotés de terrasses verdoyantes. A l’est, Le Rub al-Khali, le “quart vide” ou le “quart de rien”, est l’un des plus grands déserts de sable du monde. Au sud de la péninsule arabique, ce lieu parmi les plus inhospitaliers de la planète est aussi l’un des plus captivants : des cordons de dunes gigantesques, sur des centaines de kilomètres. Wilfred Thesiger le parcourt plusieurs fois, établit une cartographie et écrit le Désert des déserts. Les oasis et canyons des wadis Tiwi, Shaab, se déversant dans le golfe d'Oman nous offrirons bains et explorations. Petite randonnée avec des points de vues spectaculaires sur le Grand Canyon d'Arabie, le Wadi Nakhr. Nous pourrons également admirer le Djebel Shams, le plus haut sommet du pays (3000 m). Remonté au fond de la gorge par la via ferrata.En remontant, nous visiterons Le wadi Bani Awf. Descente a la journée d'un des canyons les plus célèbres d'Oman : le Snake Canyon creuse une gorge étroite au milieu du Wadi Bani Awf. La partie supérieur offre plusieurs sauts de 3/4 mètres et 2 rappels de 20m.




  • TARIF 1226 € Sans l'aérien
  • SECTEURS Émirat-Oman
  • NB PERSONNES De 3 à 6
  • DUREE 6 jours et plus
  • NIVEAU Découverte
  • FICHE TECHNIQUE Pdf download 12fa2c745e5374e451e6c4bc593840e82f316609a1df8d9efee3a293529f09ea
Canyon-snake1

Dates:
Oman Canyon 1 : 25 novembre au 2 décembre 2017 . Voyage de reconnaissance avec départ garanti.


Prix/pers : A partir de 3 personnes : 1276 € Sans l'aérien. 8 jours.

Renseignement : Bruno GUITER du Bureau des Guides de Briançon, spécialiste Voyages et déserts depuis... 1982. Tel :06 89 88 75 25

Très belle vidéo de promo de Pierre Petit (copier le lien)Récemment, un film professionnel a été réalisé sur le sujet à l’initiative de Khaled: des images exceptionnelles de Pierre PETIT tournées dans et au-dessus des canyons, des interviews sur les acteurs locaux en prévision du film complet qui devrait sortir prochainement. 6' pour survoler et admirer le formidable potentiel d’Oman, entre eau, cascades, parois vertigineuses et décor naturel de toute beauté.
: https://vimeo.com/179526501

Programme
Jour 1: Vol France Mascate. Arrivée de nuit possible. Nuit en Hôtel près de l'aéroport.

Jour 2: Arrivée des vols de nuit. Nous commençons notre immersion aux pays des mille et une nuit avec la visite de la grande mosquée du Sultan Qaboos, la plus grande du pays. Récente (2002). Sobre et majestueuse, elle recèle un lustre de cristal monumental (Baccara), le plus grand chandelier au monde, pesant 8 tonnes et serti d’or 24 carats. Transfert à DIBAD, As SUWAIH par le wadi Al ARBIYIN. Puis nous démarrons notre randonnée aquatique. Au pied du village se trouve vasque splendide avec une petite cascade. Depuis la falaise, nous pourrons sauter d'environ 5 mètres. Nous cheminons ensuite dans le fond du wadi et dans la palmeraie sur les bords, nous trouverons un cours d'eau magnifique. Nous cheminons alors entre les blocs les pieds dans l'eau. Puis le canyon se resserre et nous traversons plusieurs vasques à la nage. Il s'élargit, il se rétrécit... Nous faisons demi tour en fonction de l'heure, retour par le même cheminement.
Nuit sous tente. au bord de la mer vers Fins. 1h15 90 Km.


Jour 3 : Wadi Shaad. 

http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon-description/23666/topo.html
Nous commençons par la traversée en barque le wadi Shaab. Après une heure de marche dans cette splendide vallée, nous nous mettons à l'eau, et c'est à la nage de vasque en vasque que nous le remontons et profitez de cet environnement si caractéristique de Oman.
(1h30 a/r). Il est possible de monter sur un rocher et de faire quelques sauts dans l’eau.. 2 à 3 h de marche.
Transfert pour Al KALMIL. Bivouac dans le sable.

Jour 4 : Mizayra-BIDA Wadi BANI KHALED.

http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon-description/23186/topo.html
Une randonnée aquatique facile dans une des plus beaux wadis d'Oman. Nous partons du village de Bidah. Nous traversons sa palmeraie luxuriante pour atteindre l'entrée du canyon. Nous cheminons alors entre les blocs pour arriver à 2 superbes vasques et cascades d'ou l'on peut sauter d'une dizaine de mètres. Nous continuons entre les blocs, les pieds dans l'eau puis nous traversons a la nage plusieurs vasques successives (jusqu' a 300 m de long). La vallée s'élargit petit a petit et nous découvrons la palmeraie de Seeq dans laquelle nous cheminons pour arriver au village.
Niveau 1
- Durée approximative : 5 heures
- Temps de marche : 3 à 5 heures

Jour 5: Transfert à NIZWA pour rejoindre le BANI AWF
Par les routes principales, nous remontons vers le nord. On distingue le Hajjar occidental, à l'ouest de Mascate, et le Hajar oriental, à l'est. Le plus haut sommet, le Jabal Shams, dans le Hajar occidental, culmine à 3 075 mètres.
Visite de Nizwa et de son souq. Longtemps capitale d'Oman et siège de l'Imamat, c'est une ville pleine de tradition. Le fort et le souq ont été rénovés dans le style traditionnel en 1996. Le marché du vendredi, le Souq Al Juma, attire une clientèle assez hétéroclite, des chawis des montagnes aux bédouins du désert ! On y trouve toutes sortes de produits. Longtemps aux mains d'un traditionalisme religieux implacable, Nizwa est devenue récemment l'un des principaux centres touristiques d'Oman. Le fort de Nizwa fut construit au milieu du XVIIe siècle par le sultan ibn Saif, premier imam de la dynastie des Al-Ya'ribi. Résidence principale de l'imamat pendant les trois siècles suivants, il servit à la fois de palais, de siège du gouvernement et de prison.
Bivouac dans un Wadi à la sortie du village.

Jour 6: Col ALAMIN BIMA Canyon SNAKE. 

http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon/23153/Snake-Canyon.html
Nous descendons le Snake Canyon dans toute sa longueur. C'est un beau canyon pas très technique. A certains endroits, le canyon est tellement étroit que l'on peut toucher en même temps les 2 parois... 2 rappels d'une vingtaine de mètres sont nécessaires dans le haut du canyon. Ensuite, s'enchainent sauts, marche et nage... Evidemment, ceux qui ne veulent pas sauter peuvent descendre en rappel.
- Niveau 3.
-5 heures de marche.

Jour 7 : NAKHL - MASCATE Nous faisons un pause à Nakhl, magnifique oasis au pied des montagnes. Nous visitons son fort, ancien centre culturel important qui abritait la résidence du Wali et des scolaires. C'était aussi un bâtiment militaire qui protégeait l'entrée de la vallée en amont et le passage vers Al Awabi et les Wadis Mistal et Bani Kharus. Dans mâtinée, nous rentrons à Mascate. Après une douche rapide (accès à une chambre d'hôtel que vous partagez à 4) nous passons un moment à flâner dans les petites ruelles du souq de Mattrah. En soirée, transfert à l'aéroport. Si votre vol décolle après 2h du matin, il oblige à une nuit supplémentaire sur place qui sera à régler en supplément.
Vol Mascate - France.

Jour 8 : - Vol Mascate - France.

L’encadrement se réserve le droit de modifier le programme quelle qu’en soit la cause dans le souci d’un meilleur déroulement du séjour.

Conditions générales

Le prix comprend :
-- L’encadrement par un guide de haute montagne.
— Les transferts terrestres décrits au programme en véhicules réservés au groupe.
— L’hébergement décrit au programme.
— La pension complète pendant le circuit, sauf les repas éventuels à Mascate.
--Le matériel de camping et de cuisine.
--L'assurance assistance rapatriement -secours recherche.

Ne comprend pas:
--les boissons.
— Le transport aérien à Mascate (Marseille Mascate ~400€).
Afin de permettre les départs de province à prix variables, les vols ne sont pas compris. Nous pouvons vous faire des propositions.
— Les taxes d’aéroport au départ d’Europe.
— Le visa d'entrée (~50 €).
— L’éventuelle nuit en hôtel le dernier soir en fonction des horaires de vols disponibles lors de votre réservation : supplément de 60 € pour une chambre double qui comprend la nuit à l’hôtel, petit déjeuner non compris et le transfert à l’aéroport le lendemain.
— L’assurance annulation/interruption de séjour/perte de bagages.
— Tout ce qui n’est pas indiqué dans la rubrique “Le prix comprend”.
Rendez vous : Sur place à l'aéroport de Mascate afin de permettre les départs de province.
Hébergement :
1 nuit en hôtel à Mascate le premier jour en chambre double. Nuits en bivouac (sous tente fournie) ou à la belle étoile) dans des sites grandioses (Wadi, plateau, plage). Les terrains de bivouacs ne seront pas toujours sablonneux. Nous vous fournissons un matelas mousse local, son confort est moyen. Vous pouvez amener un matelas auto gonflant pour mettre en dessous.

Niveau : 3 sur 4.

Quel que soit le niveau, cette activité nécessite de SAVOIR NAGER plus de 100 m.


Niveau 1 : Randonnée aquatique ne nécessitant ni saut ni rappel.

Niveau 2 : Descente de canyon facile de quelques heures impliquant des sauts de moins de 3 mètres pouvant être descendus en rappel par ceux qui ne veulent pas sauter.

Niveau 3 : Descente de canyon impliquant des sauts de quelques mètres et des descentes en rappel pas ou peu techniques.

Niveau 4 : Descente de canyon de plus de 5 heures impliquant des sauts de plusieurs mètres et des descentes de rappel techniques dans des cascades.

Participants : 3 à 6 participants.

Encadrement : Guide français .

Les repas :
Ce circuit est en pension complète sauf le dîner du denier jour.
Avec une population constituée d’un peu plus de 80 % d’étrangers, les repas aux Emirats sont placés sous le signe de la diversité. Les cuisines indienne, pakistanaise, libanaise et iranienne sont les plus courantes. La cuisine omanaise est donc un mélange d’influences du Moyen-Orient et de l’Asie.
— Pendant le circuit : pique-nique froid à midi ou restaurant local dans les villes et villages.
— Le matin et le soir : repas chaud préparé par l’équipe.
Boissons : l’eau est potable sur place. Nous vous fournissons une bouteille d’eau minérale à votre arrivée, puis vous pourrez vous réapprovisionner en utilisant des bidons de 20 litres que nous mettons à votre disposition à chaque étape. Nous vous conseillons toutefois d’ajouter une pastille désinfectante dans votre gourde. L’alcool n’est pas autorisé par la religion, mais une tolérance existe dans certains endroits, où les touristes peuvent consommer autre chose que du thé. L’eau : si vous prenez de l’eau froide, traiter-la avec des pastilles. L’eau bouillie est normalement saine, au cas où, vous pouvez aussi la traiter.

INFORMATION SUR LES RISQUES INHÉRENTS À L’ACTIVITÉ.
Le Guide de Haute Montagne a reçu une formation lui permettant de « conduire des personnes dans un environnement présentant des risques en ayant comme priorité d’assurer leur sécurité en tentant de diminuer l’exposition aux dangers ». C’est la définition même du métier de Guide.
La montagne, le désert, les canyons, sont des milieux naturels à risques au sein duquel les guides et accompagnateurs évoluent en s'efforçant de minimiser ces derniers grâce à leur expérience, leur professionnalisme et les moyens mis en œuvre. Il est cependant important d'être conscient qu'ils ne peuvent garantir à 100% la sécurité du fait des dangers objectifs propres à ce milieu, tels que chutes de pierres, Blessures dues à des chutes ou autres mouvements,(entorse, foulure, fracture, etc.), Blessures avec objet contondant ou coupant, (branches, matériel, etc.), Froid ou hypothermie, Blessures résultant de contact accidentel ou non entre les individus, Allergie alimentaire, Contact avec l’eau ou noyade (lors d’activité aquatique ou à proximité d’un cours d’eau), Brûlures ou troubles dus à la chaleur, aléas météorologiques... le guide ou l'accompagnateur, ne peut pas toujours prévoir cette impondérabilité.
Ils veilleront aux impératifs de sécurité à mettre en œuvre sur le terrain. Le non-respect volontaire de la part du client des décisions du guide en matière de sécurité peut entraîner l'arrêt de la sortie sans dédommagement.

Renseignement médical :

Avant notre voyage, il faudra bien penser à me préciser votre état de santé général ! Quels sont vos antécédents médicaux ? Avez-vous une maladie chronique (asthme, diabète, infarctus, AVC...). Avez-vous eu un accident récemment (fracture, entorse...) ?. Toutes ces informations parfois intimes pour certains ont pour unique but que notre circuit en terrain d'aventure se déroule le mieux possible, sans accros. Ainsi je l'adapterais en fonction de votre santé. Mieux vaut prévenir que guérir.
En l’absence d’indications contraires, vous me garantissez donc que vous possédez les qualités requises (condition, santé psychique et physique, expérience de l'eau, pied sûr, absence de vertige, équipement, etc.) pour réaliser notre voyage dans les meilleures conditions.

Assurance :
Nous ne saurions nous substituer à la responsabilité civile individuelle (RC) de chacun. Il est donc indispensable de posséder une RC pour participer à nos séjours.
Tous les participants aux séjours Montagne-Sport-Nature sont couvert d’une assistance rapatriement, secours et recherche. Il est également, fortement conseillé de posséder une assurance couvrant les frais d’annulation, pertes ou vol de bagages et interruption de voyage.
Pour cela, l'association vous propose en option, lors de votre inscription, la possibilité de souscrire à un contrat d'assurance « EUROPE ASSISTANCE ».

Modalités d'inscription et de paiement:

Bulletin d'inscription (joint à cette fiche) à retourner au Bureau des guides – 24 rue centrale - 05100 BRIANÇON.
Acompte de 30% à l'inscription et solde à régler 30 jours avant le départ.
Pour tous renseignements :
Bureau des Guides de Briançon
24 rue centrale
05100 Briançon
04.92.20.15.73
msn.guides.briancon@gmail.com

Détails pratiques

Toilettes :
Sanitaires privés pour les nuits à l'hôtel, pour les nuits en bivouac, pas de toilettes.
Se vêtir :
Porter un short en montagne ou à la plage est accepté, mais l’est beaucoup moins en ville. Les femmes doivent se couvrir les épaules (pas de débardeur en ville) et porter des pantalons ou robes descendant au moins jusqu’aux genoux, amples (surtout pour la visite des mosquées). Le vêtement traditionnel porté par les omanais est la dishdasha, longue tunique couvrant hommes et femmes des pieds à la tête. Les omanais aiment les tenues correctes.
Equipement :
- Votre sac de voyage ne doit pas dépasser 15 Kg. Ce sac sera transporté dans la journée par les véhicules. Sac à dos pour contenir vos affaires de la journée (gourde, appareil photo, coupe-vent...). Matériel de Canyon : Baudrier, descendeur, longes, casque, combinaison néoprène légère (l'eau n'est pas froide).
- 1 chapeau ou casquette ou un foulard.
- T-shirts manches courtes en matière respirante.
- 1 veste en fourrure polaire.
- 1 veste coupe-vent imperméable et respirante type gore-tex avec capuche.
- 1 pantalon de trekking.
– 1 bermuda
- 1 maillot de bain, une pièce pour les femmes (indispensable).
- chaussettes de marche
- 1 paire de chaussures de randonnée, pas trop chaudes ; taille basse peuvent suffirent si vous y êtes habitués.
- 1 paire de chaussures amphibie ou vielles baskets pour marcher dans l’eau sans avoir à se déchausser lors des randonnées dans les wadis.
- des sous-vêtements.
- 1 pantalon confortable pour le soir.
- 1 paire de chaussures de détente très légères pour le soir.
- 1 paire de lunettes de soleil d’excellente qualité.
- gourde d’1 litre.
- 1 couteau de poche type Opinel, couverts + gobelet
1 petite pochette étanche pour mettre argent, carte d’identité, carte vitale et contrat d’assistance.
-nécessaire de toilette + lingettes (utile quand il n’y a pas d’eau dans le désert).
- 1 serviette qui sèche rapidement.
- papier toilette + 1 briquet.
- crème solaire + écran labial.
- 1 frontale ou lampe de poche.
- 1 drap-housse d’1 personne pour couvrir le matelas.
- 1 Matelas auto gonflant (facultatif).
- 1 duvet + un drap sac.
- appareil-photo, jumelles (facultatif).
- lunette de vue de remplacement (évitez les lentilles oculaires)
- Votre pharmacie personnelle: Pastille pour désinfecter l'eau, pansements + nécessaire en cas d'ampoules, désinfectant, pommade pour chocs, contusions ou entorse, désinfectant intestinal, antalgique, collyre pour les yeux, spray anti moustique, traitement pour le nez et la gorge, on s'enrhume vite avec la chaleur et la climatisation. Et tout ce qui vous semble utile personnellement.
Visa : Pour les ressortissants français, belges, luxembourgeois et suisses, passeport en cours de validité valable au moins 6 mois après la date de retour + visa. Le visa s’obtient à l’arrivée pour 20 rials omanais (environ 60 €). Pour tout renseignement complémentaire : Consulat d’Oman à Paris, 50 av. d'Iéna. 75116 Paris. Tel. : 01 47 23 01 63.
Santé :
Aucun vaccin obligatoire. Mais la vaccination contre la fièvre jaune devient obligatoire si vous avez effectué auparavant un séjour ou transit dans un pays situé en zone d’endémie.
Le Paludisme a complètement disparu d´Oman (pas du reste de la péninsule arabique), ce qui ne dispense pas d´une protection individuelle contre les piqûres d´insectes.
Climat : En zone montagneuse au nord et à l’est du pays le climat est de type méditerranéen, chaud à très chaud en été, plus clément ensuite. Les températures entre octobre et avril sont tout à fait supportables et propices à la randonnée (de mi-octobre à mi-mars, les températures moyennes à Mascate sont de 25 à 30°C et 20 à 25° en janvier et février). Il fait toujours plus frais en montagne. Même si octobre et avril sont plus chauds, ils demeurent acceptables pour la randonnée. Les nuits en montagne peuvent être fraîches. De rares et courtes averses sont parfois possibles en décembre janvier. En plaine il peut faire plus chaud, mais bien souvent l’eau des wadis permet de se rafraîchir durant d’agréables baignades. Température de l’Océan 25 à 28°C.
Budget et change : Vous pourrez changer de l’argent à l’aéroport (en même temps que le visa) ou dans les nombreux bureaux de change de Mascate, Nizwa et Sur. 1 Rial Omanais vaut environ 2,32 €, mais les taux fluctuent régulièrement.
Pour vos achats (souvenirs par exemple), vous pouvez emporter quelques euros en espèces, sachant que le retrait de cash sur place par carte de crédit reste le plus intéressant. Le coût de la vie est environ 30% moins élevé qu’en France.
Les cartes de crédit ; les distributeurs automatiques acceptent la plupart des cartes bancaires internationales, de même que les centres commerciaux et certains commerçants du souk.
Il y a des distributeurs (assez nombreux) dans les villes.
Les banques sont ouvertes du samedi au mercredi le matin.
Pour les pourboires, préférez des petites coupures.
Abandon de groupe : Si vous décidez de quitter le groupe avant la fin du circuit, le reste du séjour est à votre charge jusqu’à l’enregistrement à l’aéroport (repas, nuits, transferts aéroport et transports). Veuillez signer une décharge.
Assistance : En cas de maladie ou d’accident, vous n’aurez pas à proximité d’ambulance, d’avion sanitaire, ni même d’installations médicales. Alors pas d’imprudence…

Les pourboires :
Les pourboires font partie de la culture du pays.

Informations pratiques :
Les infrastructures médico chirurgicales sont équivalentes à celles des pays occidentaux.
En cas de problème, il est souhaitable de contacter sa société d´assistance et l´ambassade de France à Mascate (tél. 00 968 24 68 18 00).

Adresses Utiles :
Ambassade du Sultanat d’Oman en France
50, avenue d'Iéna - 75016 Paris
Tél. : 01 44 29 67 78
Fax : 01 44 23 02 25
Web : www.ambassadeoman.com/ambassade/
Ambassade du Sultanat d'Oman en Belgique :
Avenue Herrmann Debroux / Herrmann Debrouxlaan, 40/42 - 1160 Auderghem
Tél. : 02 679 70 10
Fax : 02 534 79 92
Email : omanembassy@europe.com
Web : www.omani.info
Il n’y a pas d’ambassade du Sultanat d’Oman en Suisse (les Suisses s’adresseront à l’ambassade à Berlin ou au consulat général à Chambésy).
Consulat général du Sultanat d’Oman en France :
90, rue de Courcelles - 75008 Paris Tél. : 01 44 29 67 78
Web : www.ambassadeoman.com/section-consulaire/information-visa/
En Belgique, les fonctions consulaires sont assurées par l'ambassade. Le site www.rop.gov.com permet de télécharger et d’imprimer le formulaire de demande de visa.
Consulat général du Sultanat d’Oman en Suisse :
Chemin de Roilbot, 3a - 1292 Chambésy
Tél. : 022 758 96 70
Fax : 022 758 96 66
Office de tourisme Office de tourisme du Sultanat d´Oman en France :
90, rue de Courcelles - 75008 Paris
Tél. : 01 47 20 56 06
Fax : 01 47 20 55 80
Email : info@omantourisme.com
Web : www.omantourisme.com
Représentations nationales sur place :
Ambassade de France au Sultanat d’Oman
PO Box 208, PC 115, Madinat Qabous - Mascate
Tél. : 00 968 24 68 18 00
Fax : 00 968 24 68 18 43
Email : diplofr1@omantel.net.om
Web : www.ambafrance–om.org
Le Sultanat d’Oman est du ressort de l’ambassade de Belgique en Arabie Saoudite.
PO Box 94396 – 11693 Riyad
Tél. : 00 966 1 488 28 88
Fax : 00 966 1 488 20 33
Email : Riyadh@diplobel.fed.be
Web : www.diplomatie.be/riyadhfr
Consulat général de Suisse au Sultanat d’Oman :
Al Asfoor Plaza Building, Al Qurum - Mascate
Tél. : 00 968 24 568 202 / 205
Fax : 00 968 24 568 206
Email : consulch@omantel.net.om


Connaissance du pays

Géographiques :
Le Sultanat d’Oman est situé au sud-est de la péninsule Arabique ; il est frontalier des Emirats arabes unis, au nord, de l’Arabie Saoudite, à l’ouest, et du Yémen, au sud-ouest ; la mer d’Arabie baigne ses côtes sud, les eaux du golfe d’Oman, ses côtes nord. Une vaste plaine désertique (80% du territoire) en occupe le centre. Des chaines montagneuses spectaculaires, bordées de minces plaines côtières, se dressent au nord et au sud-est. Dans l’énorme ceinture de sable, qui forme de désert du Rub al-Khali (l’un des déserts les plus absolus du monde), passe l’imprécise frontière avec l’Arabie Saoudite. Les terres fertiles ne représentent que 3% de la surface totale.
La péninsule de Musandam, à l’entrée du détroit d’Ormuz, est une enclave omanaise dans les Emirats arabes unis.
Economie : L’économie omanaise est encore, pour l’essentiel, pétrolière ; le secteur représentant à lui seul 58% du PIB. Toutefois, les réserves sont modestes (le pays ne fait pas partie de l’OPEP). Aussi, après d’importants investissements d’infrastructure, Les autorités ont-elles engagé un vaste effort de diversification industrielle : mise en exploitation de réserves gazières non négligeables ; développement des activités portuaires et de réexportation ; services financiers ; tourisme… L’emploi des Omanais est une autre priorité (taux de chômage estimé, autour de 15%).
Faune et Flore : Parmi la riche flore omanaise, relevons le Boswellia, ou arbre à encens, qui pousse au sud, dans le Dhofar, et le palmier dattier (Phénix, cultivé sur 20 000 h environ). Contrairement à certaines idées reçues, faune et flore sont étonnamment présentes dans le désert. On y rencontre diverses variétés de gerboises, de souris, de lièvres et de fennecs, la chèvre thar, la hyène, le varan du désert, le lézard fouette queue, des serpents (dont le redoutable cobra du désert et la vipère à cornes), des scorpions, des scarabées, des sauterelles… Les dromadaires, bien sûr, sont des silhouettes familières. La réserve naturelle de Qurm (« mangrove »), sur la côte de Mascate, retiendra les ornithologues : mouettes, hirondelles, hérons, guêpiers, canards… Cinq espèces de tortues marines fréquentent les côtes (la période mai-novembre est la meilleure pour observer la ponte et l’éclosion des tortues à Ras al-Hadd - pointe est).

Transport :
Aérien : L´aéroport de Mascate (Seeb International Airport) se trouve à 30 km du centre-ville. Les vols intérieurs sont assurés Oman Air, la compagnie nationale. Routes Le réseau routier est très satisfaisant entre les principales villes et sur la frange côtière. Le 4x4 est toutefois indispensable pour visiter les wadis et dans le désert. La signalisation est bonne (en arabe, avec une transcription en caractères latins).
Taxi/Loueur : Taxis individuels (blancs aux ailes orange) ou taxis collectifs, à l´aéroport de Mascate et en ville. Il faut, dans la plupart des cas, négocier le prix de la course avant le départ. On loue aisément des véhicules (nombreuses agences internationales). Pour cela, le permis de conduire national est, en général, suffisant (les sociétés locales peuvent exiger en plus un permis de conduire international). Les lignes de bus entre les grandes villes sont efficaces et bon marché.

Hommes :
Population 3 418 085 habitants (2009).
Langues officielles : L´arabe classique (langue sémitique).
Langues parlées : Seuls les Arabes saoudiens (0,6% de la population) ont l’arabe classique pour langue maternelle. Les principales formes dialectales de l’arabe sont l’arabe omanais (45,9%), l’arabe du Golfe (16,8%) et l’arabe dhofari (2,6%). Les populations immigrantes utilisent leurs langues d’origine : baloutchi du sud (4,9%), malayalam (4,7%), bengali (4,2%), etc. Si l’arabe officiel est la langue commune des arabophones, l’anglais est celle des immigrants. Quelques Omanais, dits « Omanais d’Afrique », ayant vécu au Congo, au Burundi ou au Rwanda, parlent le français.
Peuples et ethnies : Les Arabes (Omanais, 45,9% ; du Golfe, 16,8% ; Dhofari, 2,6%...) représentent environ 75% de la population. Les 25% restant sont des immigrants, essentiellement indiens, pakistanais, bangladais, cinghalais et philippins.
Religion : Les Omanais confessent l’islam, même si, du fait de l’immigration, 13% de la population est hindouiste. Les trois-quarts des musulmans sont ibadites, le quart restant, sunnite. L’ibadisme relativise, en particulier, l’importance politique de la lignée de Mahomet, s’opposant, en cela, aux sunnites et aux chiites.
Fêtes nationales : 18 novembre : anniversaire du sultan.
Calendrier des fêtes : Fêtes religieuses musulmanes (dépendant du calendrier lunaire, elles changent de date tous les ans) :
- Ramadan ;
- l’Aïd el-Fitr (ou Aïd el-Seghir) marque la fin du mois de ramadan.
- l'Aïd el-Kebir (ou Aïd el-Adha) commémore le sacrifice d'Abraham.
- le Mouloud célèbre la naissance du Prophète, au mois de mai.
- Nouvel an musulman (el-Hijriya). 1er janvier : Jour de l’an.
- 23 juillet : Jour de la renaissance (accession au pouvoir du sultan, 1970).
Politique : Monarchie parlementaire. Combiné à de réelles avancées démocratiques (droit de vote et éligibilité des femmes, en 1994 ; élections au suffrage universel, en 2003), un paternalisme autocratique de tradition (le sultan cumule les fonctions de chef de l’Etat et de premier ministre, commande l’armée, oriente l’économie et dirige le travail législatif…).

Histoire :
Les traces de peuplement dans le Dhofar sont anciennes, mais l’histoire qui amènera le sultanat actuel commence au VIIe siècle, avec l’arabisation et l’islamisation de la région. Au siècle suivant, les populations adoptent l’ibadisme. Le calife abbasside Haroun al-Rachid (766-809) cherchera en vain à les ramener à l’orthodoxie sunnite. Dès cette période, les marins omanais ont la haute main sur le commerce avec l’Inde et l’Asie orientale. Jusqu’à ce que les caravelles contournent l’Afrique. Les Portugais prennent Mascate (1508) et Ormuz (1519), afin d’assurer leur nouveau business avec les Indes. Mais, les rivalités entre puissances européennes vont saper leur domination. Si bien que les Arabes omanais les rejettent à la mer (1650) et les dépouillent de leurs possessions d’Afrique de l’est. Zanzibar est mise sous tutelle jusqu’au XIXe siècle. Le dispositif omanais se trouve très favorable à la traite négrière. Celle-ci va faire la fortune des marchands arabes. En 1737, les Perses conquièrent Oman. Pour six ans. Ils sont repoussés par Ahmed ibn Saïd (1744-1783), fondateur de la dynastie régnante. Pendant ce temps, la Grande-Bretagne songe à protéger ses intérêts orientaux ; dans cette optique, elle signe en 1798, un traité d’amitié (intéressée) avec le sultan. La traite fonctionne si bien que la capitale omanaise est transférée à Zanzibar. Au milieu du XIXe siècle, l’« empire » est partagé en un sultanat de Mascate et Oman et un sultanat de Zanzibar. Retour à la péninsule, où les Britanniques imposent un protectorat en bonne et due forme, qui n’empêche pas que le sultanat de Mascate soit agité de révoltes politiques et religieuses. Entre 1915 et 1920, cela tourne à la guerre civile. Le sultan Taimur ibn Fayçal (1913-1932) appelle les troupes britanniques à la rescousse. Son successeur fera la même chose en 1955, à l’occasion de troubles autour de la découverte de pétrole dans l’oasis de Bureimi. Quelques années plus tard, la guerre froide fait des étincelles au Dhofar, où l’URSS, la Chine et le Yémen du Sud arment une guérilla marxiste. La guerre du Dhofar va durer jusqu’en 1976.
Pendant ce temps le sultan Saïd ibn Taimur (1932-1970) est renversé par son fils et le protectorat aboli (1971). Le nouveau sultan prend l’indépendance au sérieux et, pour cela, maintient avec subtilité des alliances et des amitiés contradictoires, qui lui permettent de lancer la modernisation du pays.

Personnalités:
Qabus ibn Saïd (né en 1940), sultan d’Oman depuis 1970. Cet amateur de musique classique européenne a permis une modernisation certaine de la vie politique omanaise. Jusqu’ici, ses options pro-occidentales se sont révélées payantes, dans un contexte régional difficile. Jabir ibn Zaïd al-Azdi (mort au début du VIIIe siècle), élève omanais d’Aïcha, la femme de Mahomet, et de son cousin, Abdullah ibn Abbas, serait le fondateur de l’ibadisme. C’est du moins ce que revendiquent les Omanais, avec peut-être un brin de chauvinisme…
Wilfred Thesiger (1910-2003). Les voyages de Thesiger dans le Rub al-Khali (1946-1950), en compagnie de chameliers bédouins, ont fait date et un grand livre : Le désert des déserts. On lui doit également la cartographie de certaines parties montagneuses d’Oman.

Cuisine :
Comme souvent, les immigrants ont défini les contours de la cuisine nationale (les immigrantes sont volontiers cuisinières). Les tables omanaises sont donc sous influence indienne : cuisines tandoori, masala ou tikka un peu partout. Jusqu’au « plat national », le biryani, qui est d’origine indienne : riz épicé, avec viande ou poisson. Seconde acclimatation : la cuisine de la Méditerranée orientale, libanaise en particulier. Les restaurants sont très surveillés par les services d’hygiène.

Boisson :
L’eau du robinet est potable. L’eau minérale est souvent européenne. Comme partout où ils sont passés, les Britanniques ont introduit l’usage du thé, mais le café est de tradition bédouine : l’hospitalité passe par lui, on ne peut donc le refuser.
Les hôtels internationaux et quelques restaurants de Mascate servent des boissons alcoolisées.

Savoir-vivre :
Le pourboire est laissé à votre appréciation. Néanmoins, il est d´usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l´on a été satisfait du service.
En règle générale, le mieux est d’aligner votre pourboire sur l´économie locale : les prix d´un soda ou d´un thé, d´un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’estimer son montant. A Oman, les notes d’hôtel ou de restaurant incluent le service (à défaut, 10% du montant de l’addition au restaurant sont dans la norme).
Le Sultanat d’Oman est un pays musulman. Certaines règles de courtoisie s’imposent donc. Ne choquez pas les Omanais par des vêtements trop moulants ou «déshabillés» : le vêtement traditionnel et quotidien est la dishdasha, longue tunique couvrant hommes et femmes, du cou jusqu’aux pieds. Pour visiter les mosquées, pensez à enlever vos chaussures et, pour les femmes, à avoir les bras le cou et les jambes couverts. Le bikini est à proscrire.
Durant le mois de ramadan, il convient de ne pas manger, boire ou fumer en public pendant la journée.
Si vous avez accepté une invitation à déjeuner ou à prendre le café (qu’il n’est jamais question de refuser) dans une famille, soyez disposé à rester un certain temps, voire un temps certain ! Déclinez si vous êtes pressé... En général, on se déchausse avant d’entrer dans un logement. On attendra pour se servir que le maître de maison ait dit « bismillah » (louange à dieu). Ayez à l’esprit que, même gaucher, vous devrez utiliser la main droite pour prendre la nourriture (la gauche étant considérée comme impure par l’Islam).
Ne donnez pas de bonbons ou de gadgets directement aux enfants.
Ne photographiez pas une personne sans lui avoir demandé l’autorisation de le faire.
N’abandonnez pas de détritus ; si vous ne disposez pas de poubelle, gardez les jusqu’à ce que vous en trouviez une. Ramené vos piles en France.
Dans le désert, brûlez votre papier hygiénique.
Les petites bêtes du désert. Il n’y a pas lieu d’être inquiet, mais vous pouvez rencontrer, au cours de votre voyage, des animaux à risques tels que vipères et scorpions. La période d’hibernation coïncidant largement avec celle des voyages, les « rencontres » sont exceptionnelles. Par prudence toutefois, on respectera des règles simples : ne pas soulever les pierres ou les cailloux, ne pas marcher pieds nus, installer son bivouac loin de tout buisson ou de tout tas de cailloux, ne dérouler son sac de couchage qu’au moment de s’y glisser et le replier dès le lever.

Achats-souvenirs :
Le souk de Matrah est le plus couru de toute la péninsule Arabique. On y trouve de l´encens, des vêtements traditionnels, des étoffes, des bijoux, des tapis bédouins… Le khanjar est un poignard traditionnel à lame courbe ; on le porte dans un fourreau ouvragé. Aujourd’hui ce n’est plus guère que l’une des pièces du vêtement d’apparat masculin, mais autrefois il était tabou et le tirer du fourreau était signe de vengeance et de mort.

Environnement :
Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à Oman.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.
Divers projets ont été élaborés pour préserver l’environnement du pays et en conserver la biodiversité : réhabilitation des mangroves, développement des couverts végétaux naturels, reproduction des gazelles, gestion des espaces côtiers… Une réglementation contrôle désormais l’accès aux réserves naturelles. Oman abrite des espèces sauvages menacées (et protégées) : gazelle d’Arabie, thar (chèvre sauvage), varan du désert, dharb (lézard), outarde houbara, ainsi qu’une flore singulière… Le braconnage a malheureusement contrarié la réintroduction de l’oryx d’Arabie (pour cela, la réserve omanaise a été retirée de la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco).

Infos Pratiques :
Numéros d’urgence : Composer le 999 (arabe ou anglais).
Code Devise : OMR
Taux Devise : Cours d'achat estimé : 1 OMR = 2.35 Euros au 30/07/2016 - Source : www.nationalchange.com
Décalage horaire : Oman est à GMT+4, c’est à dire :
- 3 heures de décalage en hiver (lorsqu’il est 12h00 en France, le est 15h00 à Mascate)
- 2 heures de décalage en été (lorsqu’il est 12h00 en France, il est 14h00 à Mascate).
Argent : La monnaie nationale est le rial omanais (OMR), divisé en 1 000 baïzas.
Les banques et les bureaux de change offrent les meilleurs taux de change. Distributeurs automatiques un peu partout, qui acceptent les principales cartes bancaires internationales (c’est aussi le cas de la plupart des hôtels, restaurants, magasins). Les espèces sont toutefois le moyen de paiement le plus courant. Pensez à vous munir de petites coupures pour les menus frais (transports en commun, par exemple).
Electricité : 220 volts ; prises britanniques (3 fiches plates) ou européennes standard. En général, les hôtels fournissent des adaptateurs, il est néanmoins plus sûr d’en emporter un.
lors des nuits en hôtel, vous n'aurez donc aucun problème pour recharger vos appareils électriques. En revanche,
en bivouac, il est fortement conseillé d'être autonome en batteries !
Horaires : Les magasins sont ouverts tous les jours, de 9h00 à 13h00 et de 16h00 à 21h00, sauf le vendredi. Les administrations vous accueillent du samedi au mercredi, de 7h30 à 14h30. Les banques, du samedi au mercredi, de 8h00 à 12h00, et le jeudi, de 8h00 à 11h30. Les pharmacies sont ouvertes tous les jours, de 9h00 à 13h00 et de 15h00 à 21h00.
Poste : La poste centrale est à Mascate. On trouve des timbres dans la plupart des hôtels internationaux. Chaque ville dispose d'un bureau de poste (ouvert de 7h30 à 14h00, du samedi au mercredi, et jusqu'à 11h00, le jeudi).
Téléphone : Pour appeler Oman depuis la France, composer 00 + 968 + le numéro de votre correspondant.
Pour appeler la France depuis Oman, composer 00 + 33 + le numéro de votre correspondant à 9 chiffres (sans le 0 initial).
On trouve des cabines à carte dans tout le pays. Les cartes téléphoniques sont vendues dans les bureaux de poste, les stations-services et diverses boutiques. mise à jour le 06/11
Couverture GSM : Bonne couverture. Toutefois, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre opérateur (la réception dépend de lui) sur les modalités d’accès au réseau local.
Internet : Cybercafés dans les villes importantes et dans les grands hôtels.